Articles

Kei Arcadia - Une aventure du Galion des Etoiles au cœur de SysSol

Image
KEI ARCADIA – Épisode 1 Une aventure du Galion des Etoiles au cœur de SysSol



Après cinq semaines, non pas en ballon, mais d’écriture, de relecture, corrections et lissage, ce grâce à l’aide inestimable de certaines relations, voici le premier chapitre, le premier épisode des aventures de la jeune enseigne Kei Arcadia.


Né dans ma petite tête fin 2016 alors que le mot fin du premier volume des Vers était posé et que SysSol devenait de plus en plus touffu, ce projet est resté dans son coin à attendre sagement de mûrir. Aujourd'hui, cet Univers est devenu solide, suffisamment complet et cohérent, pour qu’il prenne vie et s’épanouisse.
Il s’agit d’une histoire un peu particulière puisque c’est aussi celle du Galion des Étoiles, de sa capitaine et de ses membres les plus actifs, dont certains que j’ai eu la chance et le plaisir de rencontrer. Si Kei, du haut de ses 21 ans, en est l’héroïne principale, notre vaisseau de l’espace et un peu de son équipage en sont donc les per…

Réflexion d'avenir d'auteur

Image
Une chose est certaine aujourd'hui...

c’est qu’à l’issue de cette période, et ce quelle que soit sa durée, j’aurais reconstruit mon temps et mon affairement d’auteur que ce soit dans mes objectifs, mon organisation, mes moyens et mes relations aussi bien que mes textes et leur devenir.
Moi qui suis une personne ayant besoin de vie « sociale » comme d'un air à respirer, sociale non par des soirées ou mondanités, mais bien par des rencontres, des discussions, échanges, plaisanteries et rires – la vie est une chose trop importante pour être prise au sérieux, comme disait Gilbert Keith Chesterton – ces quelques semaines d’isolement physique, à ne pouvoir côtoyer quasiment personne hors d’échanges virtuels et numériques, m’amènent à m’interroger et à changer ma situation future, mes réalisations, mes projets et surtout mon travail puisque c’en est un, même si des êtres chafouins pensent, quelque part dans leurs limbes, qu’il ne s’agit que de passe-temps né de la trivialité ; il es…

Au cœur d'un imaginaire dans lequel science-fiction et policier sont réunis.

Image
Je me suis fendu, voici quelques semaines déjà, avant donc que la situation ne nous oblige à quelques changements de vie, d’une réflexion sur les mélanges de genres dans l’imaginaire. Ce court texte était diffusé au sein d’un petit groupe, mais je m’étais promis d’y réfléchir plus profondément et d’en faire un billet d’humeur.
Personnellement, j’avoue que le concept de classification d’une œuvre, que ce soit un roman ou une nouvelle, dans le monde l’imaginaire, n’est pas ma tasse de thé. D’abord parce qu’il me semble difficile de définir les frontières exactes en chaque genre ou sous-genre. Ainsi en SF, vouloir cantonner un texte à du pur space-opera, par exemple, me paraît extrêmement illusoire. J’ai tendance à dire – comme beaucoup, me semble-t-il – que le thème dominant serait le space-opera, mais que l’on trouve en dosage plus ou moins important d’autres concepts ou approches.
Le classement est encore plus complexe dès lors que l’on aborde des cycles comme Dune (Franck Herbert),

Pensées scélérates et plutôt pessimistes d’un auteur SF

Image
Pensées scélérates et plutôt pessimistes
d’un auteur SF encore marginal
La situation étant ce qu’elle est et allant durer ce qu’il était à prévoir et à craindre, c’est-à-dire se poursuivre jusqu'en mai, voire plus en étant pessimiste, je réalise un certain nombre de détails – détails au regard des problématiques sanitaires que nous vivons tous de par le monde, sans distinction de nationalité, couleur de peau, religion ou athéisme, métier, richesse, etc. Je ne vais pas me pencher sur l’économie mondiale, sur la société actuelle et son devenir, pas plus que sur l’écologie et le devenir de notre planète. J’ai mes idées à ce sujet, mais n’ayant aucune compétence réelle dans l’un ou l’autre de ces domaines, je vais les garder pour moi avec la rage qui s’y trouve associée depuis quelque temps.
Je vais me contenter de deux choses que je connais un tout petit peu plus, sans être expert – même si je n’ai pas toujours une haute opinion de certains d’entre eux qui se parent souvent médiatiqu…

Nouveau site responsive

Image
Mars étant là et disposant enfin de quelque liberté en ayant réglé tous les soucis administratifs qui me retenaient, j'ai profité de la semaine pour repenser et mettre en place un site web qui soit :

d'une part responsive et donc consultable sur PC, tablette ou téléphoned'autre part plus clair et plus facile d'accès, tant dans la navigation et les articles quand dans le fond et le thème couleur utilisé. Exit donc l'ancienne présentation...
On passe à ceci, avec slide-show à l'accueil :

Carrousel des livres les plus récents :


ou des interviews marquantes :
Tags, catégorie, date de publication et de dernière mise-à-jour, module de navigation et de remontée, calendrier plus lisible des prochains salons et dédicaces, blogs et sites amis, etc.
Bref, tout y est... ou presque car il reste à refondre entière le lexique syssolien qui en a besoin afin d'intégrer les quelques termes, peu nombreux, mais bien présents dans les derniers romans (L'enfer des Vers et l…

Pourquoi IA, bioandroïdes et clones dans l'Univers de SysSol ?

Image
Pourquoi ? Mais pourquoi ?


À la suite du post précédent, je vais me permettre d’aborder deux autres questions qui sont revenues plusieurs fois cette dernière année.
Quatrième question, la plus que fréquente de toutes : Quid des IA ?
Pourquoi imaginer des IA aussi développées, aussi empathiques et totalement éloignées de la réalité des IA ?
La raison est simple et tient en 3 noms et un titre :
Stanley KubrickArthur C. ClarkeHAL et donc, bien évidemment, 2001 l’odyssée de l’espace. Sorti en 68, je n’avais pu le voir à ce moment-là. J’avais alors seulement 12 ans et l’année des barricades avait été compliquée. Mais trois ans plus tard, deux professeurs de notre lycée à Sainté nous permirent d’assister, dans la grande salle de conf (toute en longueur) en bas du bâtiment dit scientifique, à la projection relativement privée de ce film. Nous eûmes droit à une heure de préparation en cours, histoire de ne pas être perdus, un polycopié à la ronéo pour ne pas être coincé durant le film et à u…

Dans les pourquoi de l'Univers syssolien...

Image
Pourquoi ? Mais pourquoi ?

Il m'est arrivé, à plusieurs reprises, que des lectrices ou lecteurs me posent les fameuses questions du « Pourquoi ? ». Elles ont tourné, chaque fois, autour d’un ou plusieurs des points suivants :
Pourquoi créer un Univers aussi complexe et détaillé ? (même si, pour ma part, je ne le trouve ni complexe ni suffisamment détaillé, mais cela commence à venir et devrait être visible dans les prochaines parutions)Pourquoi rester dans SysSol, avec tous les risques d’être peu crédible que cela comporte ? (bien que, là encore, ce ne soit pas tout à fait vrai. D'une part, parce que Les Gueules des Vers amènent très loin de chez nous, y compris jusqu'à Mirus. Ensuite parce que nul ne sait si nous sommes dans le bon SysSol...)Pourquoi rester si proche dans le temps, en commençant dès 2035, là aussi avec la certitude d’être pris en défaut dans les proches années ? (sans dépasser pour l'heure les deux siècles d'éloignement dans le futur).Pourquoi imagi…